• 0 comments
  • juin 26, 2017

Historique

Construire une expertise sur l'eau dans la ville

A partir des années 1960, les problèmes croissants posés par la gestion de l'eau dans la ville (inondations, dégradation du milieu, pollution de l'eau…) ont entrainé la structuration d'une expertise en hydrologie urbaine. Cette dernière s'est largement appuyée en France sur des partenariats entre des laboratoires de recherche et des collectivités. Les coopérations ont permis de faire progresser au fil des décennies tant les connaissances scientifiques que les savoirs pratiques.

Ces collaborations ont entrainé la constitution d'une communauté scientifique et technique de l'hydrologie urbaine, qui s'est ancrée dans les territoires et développée autour de grands pôles : Lyon, Bordeaux, Nancy, Nantes, Montpellier, Paris et sa région, etc. Ces collectivités sont devenues des terrains d'expérimentations, cependant que les praticiens des services d'eau et d'assainissement bénéficiaient de données et de savoirs scientifiques produits localement pour orienter leurs actions.

Rapide historique : des collaborations qui s'institutionnalisent

  • OPUR : Observatoire des polluants urbains (Région parisienne)
  • GRAIE : Groupe de Recherche Rhône Alpes sur les Infrastructures et l'eau (Lyon)
  • OTHU : Observatoire de terrain en Hydrologie urbaine (Lyon)
  • ONEVU : Observatoires Nantais des environnements urbains (Nantes)

La région parisienne : valoriser savoir et savoir-faire

La plupart des grandes collectivités franciliennes sont aujourd'hui impliquées dans deux programmes majeurs : OPUR et le PIREN-Seine. Elles bénéficient d'une expertise locale à même de piloter et d'évaluer leurs options de politiques publiques (dispositifs techniques, modèles de gestion, priorités locales…).

Les équipes de recherche partenaires sont pluridisciplinaires et comprennent aussi bien des scientifiques venus des sciences de l'ingénieur (hydrologie, chimie, biologie…) que des sciences humaines (urbanistes, sociologues, géographes…).

Des relations de confiance ont été tissées et la co-construction des programmes de recherche se renforce à mesure que les collaborations se pérennisent. Petit à petit, la gouvernance de ces structures se formalise et les dispositifs de valorisation se développent.

La naissance d'ARCEAU s'inscrit dans cette dynamique. Elle renforce :

  • l'utilité sociale des programmes de recherche
  • l'appropriation et la valorisation des savoirs locaux produits
  • la mise en débat des connaissances auprès des praticiens, élus et usagers.